formel


formel

formel, elle [ fɔrmɛl ] adj.
• v. 1270; lat. formalis, de forma forme
1Dont la précision et la netteté excluent toute méprise, toute équivoque. clair, explicite, 1. positif, 1. précis. Déclaration formelle; démenti formel. Consentement, refus formel. catégorique. Affirmer en termes formels, d'une manière formelle. assuré, certain, sûr. Preuve formelle. incontestable, indéniable, indiscutable, irréfutable. « Elle s'offre à moi dans les termes les plus formels » (Montherlant). Par ext. Qui énonce qqch. d'une manière formelle. absolu. Il a été formel sur ce point. La loi est formelle.
2Qui concerne uniquement la forme. Une distinction purement formelle. Qualités formelles d'une œuvre.
Qui considère la forme, l'apparence plus que la matière, le contenu. Classement, plan formel. Politesse formelle, tout extérieure. ⇒ formaliste.
Dr. Critère formel de la loi (opposé à critère matériel) . Acte juridique formel, dont un document atteste l'existence.
3Philos. Qui concerne la forme (IV), qui possède une existence actuelle, effective. Cause formelle.
4Log., math. Qui concerne la forme (IV, 2o, 3o), l'ensemble des relations entre éléments. structural. La logique formelle ( logistique) étudie la forme des opérations de l'entendement sans considérer la matière sur laquelle elles s'effectuent. « En mathématiques, la relation (a + b)2 = a2 + b2 + 2ab est formelle en tant qu'elle reste vraie pour tous les nombres réels » (Lalande). Arithmétique formelle. Rendre un raisonnement entièrement formel. formaliser.
⊗ CONTR. Ambigu, douteux, tacite. Informel.

formel, formelle adjectif (latin formalis, qui a la forme de) Qui est formulé avec précision, excluant toute incertitude, toute ambiguïté : Un démenti formel. Qui respecte les formes, sans impliquer une adhésion intérieure ; formaliste : Politesse toute formelle. Qui ne tient pas compte des réalités, des faits : Une vue très formelle du travail à réaliser. Beaux-arts Qui concerne la forme (structure plastique, exécution). Droit Relatif à la forme des actes. Linguistique Qui concerne la forme (structure phonologique, morphologique, syntaxique de la langue), par opposition au sens ou à la substance. Relatif à la formalisation. Se dit d'une analyse, d'une grammaire qui ne fait pas entrer en ligne de compte la signification des éléments. ● formel, formelle (expressions) adjectif (latin formalis, qui a la forme de) Être formel sur quelque chose, s'exprimer d'une manière catégorique, absolue sur ce point. Implication formelle, relation entre les expressions ϕ(x) et ψ(x) dans l'énoncé ∀x(ϕ(x) → ψ(x)). Logique formelle, étude générale des raisonnements déductifs, abstraction faite de leur application à des cas particuliers. Cause formelle, chez Aristote, élément intrinsèque qui constitue un être dans son espèce, par opposition à la cause matérielle ou matière. Réalité formelle, chez Descartes, réalité extérieure, réalité de l'objet. Pensée formelle, pour J. Piaget, pensée caractérisée par la possibilité chez l'enfant d'un raisonnement hypothético-déductif, impliquant abstraction, généralisation et symbole. (Ce stade ultime d'évolution des processus cognitifs succède au stade des opérations concrètes et apparaît vers l'âge de 12-13 ans.) ● formel, formelle (synonymes) adjectif (latin formalis, qui a la forme de) Qui est formulé avec précision, excluant toute incertitude, toute ambiguïté
Synonymes :
- catégorique
- exprès
- irréfragable
- irréfutable
- net
- précis
Contraires :
- équivoque
- hypothétique
- imprécis
- problématique
Qui respecte les formes, sans impliquer une adhésion intérieure ; formaliste
Synonymes :
- extérieur
Contraires :
- inné
- spontané
Qui ne tient pas compte des réalités, des faits
Synonymes :
- théorique
Contraires :
- réaliste
Linguistique. Qui concerne la forme (structure phonologique, morphologique, syntaxique de la...
Synonymes :
Logique. Logique formelle
Synonymes :

formel, elle
adj.
d1./d Qui ne peut être discuté. Ordre, démenti formel. Syn. exprès. Ant. ambigu, équivoque.
d2./d Relatif à la forme. Beauté formelle.
|| PHILO Qui concerne la forme, qui a une réalité actuelle (opposé à virtuel, à matériel).
Cause formelle: ce qui constitue l'essence.
|| Logique formelle, qui opère sur des formes de raisonnement, indépendamment du contenu de ceux-ci. Langages formels.

⇒FORMEL, ELLE, adj.
A.— Qui existe de façon déterminée et, p. ext., qui est énoncé de façon déterminée, claire, sans équivoque. Avis, ordre, règlement formel; apporter, donner, opposer un démenti formel à qqc.; essuyer, prononcer un refus formel. La duchesse courut à la forteresse; le général Fabio Conti fut enchanté d'avoir à lui opposer le texte formel des lois militaires : personne ne peut pénétrer dans une prison d'état sans un ordre signé du prince (STENDHAL, Chartreuse, 1839, p. 418). M. Stangerson déclare que, désormais, il ne quittera plus l'appartement de sa fille. C'est en vain que celle-ci veut s'opposer à cette volonté formelle (LEROUX, Myst. ch. jaune, 1907, p. 91). V. abbaye ex. 9 :
1. Cependant quand Marat lui eut expliqué toute l'affaire, il se refusa d'admettre comme certitude que Mathilde eût trahi et qu'un guet-apens fût dressé contre lui le lendemain matin. Il manquait, estimait-il, une preuve formelle, « une preuve par neuf ».
VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 234.
SYNT. Aveu, diagnostic, engagement, témoignage, ultimatum formel; consigne, contre-indication, décision, déclaration, défense, interdiction, prescription, opposition, résolution formelle.
Être formel employé absol. ou suivi de sur qqc., à cet égard. La loi est formelle; il a été formel sur ce point. Devant le tribunal, ils [les agents] furent formels et très affirmatifs sur le coup de revolver (VERLAINE, Œuvres posth., t. 3, Prose, 1896, p. 205). Mon cousin Gustin Sabayot, à cet égard il est formel : je devrais bien changer mon genre (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 13) :
2. — Mon bon ami, vous dites là un enfantillage. Il n'y a, entendez-moi bien, mise à la retraite proportionnelle qu'autant qu'il y a eu infirmité contractée dans le service et dans l'intérêt de ce service. La jurisprudence administrative est formelle à cet égard.
COURTELINE, Ronds-de-cuir, 1893, 3e tabl., III, p. 119.
B.— Qui concerne la forme
1. [P. oppos. à contenu, fond, matière] Analyse, critère, science formelle; examiner qqc. du, d'un point de vue formel, d'une manière formelle; se placer sur un plan (purement) formel. La syntaxe est un des éléments formels les plus beaux dans l'élaboration d'un style qui vous soit propre (DU BOS, Journal, 1923, p. 279). Le pensable avec toutes ses significations formelles : quantité, tout et partie, propriété, état de chose, etc. (RICŒUR, Philos. volonté, 1949, p. 398) :
3. La grande tâche de la sociologie, c'est d'établir des généralisations valables, de sortir de la description monographique. Certes, les concepts utilisés dans la recherche peuvent être des concepts généraux, mais ils ne nous donneraient qu'un cadre formel, pour mieux appréhender les faits; le contenu concret échapperait, lui, à toute possibilité de généralisation.
Traité sociol., 1968, p. 324.
SYNT. Aspect, caractère, classement, schéma formel; analogie, distinction, indication, notion, pensée, relation formelle.
De principe; sur la forme. Appui, engagement formel; promesse formelle. Le conseil exécutif de l'Unesco a recommandé à la conférence générale d'approuver le principe d'un accord formel entre l'Unesco et le Conseil de l'Europe et de charger le directeur général de négocier le texte d'un projet d'accord (Pt manuel Conseil Europe, 1951, p. 56).
En partic.
♦ Dans le domaine du DR. Classification formelle et matérielle des actes juridiques; caractère formel d'un acte; acte formel. La définition d'un acte ou d'une activité juridique peut se faire de deux points de vue différents : matériel et formel. Le point de vue matériel s'attache à l'objet de l'activité ou de l'acte considéré, à sa matière. Le point de vue formel s'attache aux procédures que cet acte ou cette activité met en œuvre, c'est-à-dire aux formes (VEDEL, Dr. constit., 1949, p. 112). V. forme I C 3 b.
♦ Dans le domaine de l'Enseignement. Enseignement formel. Enseignement théorique et abstrait de notions et de règles. La morale, l'art et la religion ne s'enseignent pas comme la grammaire, les mathématiques et l'histoire. Comprendre et sentir sont deux choses profondément différentes. L'enseignement formel n'atteint jamais que l'intelligence. On ne peut saisir la signification de la morale, de l'art, et de la mystique que dans les milieux où ces choses sont présentes et font partie de la vie quotidienne de chacun (CARREL, L'Homme, 1935, p. 179).
Spécialement
LING. Grammaire formelle. Grammaire qui ne tient pas compte de la signification des éléments. Grammaires formelles syntagmatiques et transformationnelles. Une grammaire formelle est un système formel qui est un objet mathématique (Lang. 1973).
PHILOSOPHIE
Logique formelle; raisonnement formel; structure formelle d'un raisonnement. V. forme I C 3 a. Dans la logique classique, « A est B » est la structure formelle de tout jugement prédicatif (A. VIRIEUX-REYMOND, La Logique formelle, Paris, P.U.F., 1962, p. 9). La logique formelle (...) étudie les lois nécessaires de la pensée, c'est-à-dire les règles auxquelles la pensée ne doit pas se soustraire sous peine de former des concepts contradictoires, des jugements ou des raisonnements illégitimes (J. TRICOT, Traité de Logique formelle, Paris, Vrin, 1966 [1928], p. 17).
Morale formelle (v. forme I C 2 b). Cette morale [de Kant] est formelle en ce que de la volonté elle ne prétend déterminer que les maximes selon lesquelles elle doit agir, non les actes qui ne se rattachent à ces maximes que conditionnés aussi par les lois de la nature... (V. DELBOS, La Philos. pratique de Kant, Paris, Alcan, 1926, p. 753).
Rem. 1. Dans ce sens, on relève ds la docum., l'emploi subst. masc. Kant déclare que la liberté veut elle-même et la liberté des autres. D'accord, mais il estime que le formel et l'universel suffisent pour constituer une morale (SARTRE, Existent., 1946, p. 85). 2. Les dict. et la docum. enregistrent également a) En math., au plur. séries formelles. Séries définies à partir de deux suites dans un corps ou un anneau et dont l'ensemble est une algèbre ou un corps. Des travaux sur les fondements de la géométrie naissaient les corps de séries formelles (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 21). b) En math., calcul formel, p. oppos. à calcul numérique, « calcul algébrique ». c) En sociol., égalité formelle, p. oppos. à égalité matérielle, « égalité sur le plan juridique et politique ».
2. Dans le domaine des B.-A. et de la litt. Qui privilégie la forme, le style. Classicisme formel, manière, perfection formelle; musique, peinture formelle; le (pur) formel. L'indifférence totale de Valéry quant au contenu d'un écrit, envers tout ce qui n'est pas purement formel (DU BOS, Journal, 1927, p. 319). Raphael dans ses célèbres Madones ne recherche guère que des harmonies formelles d'un beau calme angélique (GILLES DE LA TOURETTE, L. de Vinci, 1932, p. 145). V. forme I C 1 :
4. ... cela seul vaut la peine d'être imaginé, qui atteint par le marbre, la couleur ou la phrase, une des profondeurs de l'émotion humaine, — et (...) la beauté formelle n'est qu'une matière indécise, susceptible d'être toujours, par l'expression de la douleur ou de la joie, transfigurée.
, Aphrodite, 1896, p. 228.
[En parlant d'un écrivain, d'un artiste] Stéphane Mallarmé, génie essentiellement formel, s'élevant, peu à peu, à la conception abstraite de toutes les combinaisons de figures et de tours, s'est fait le premier écrivain qui ait osé envisager le problème littéraire dans son entière universalité (VALÉRY, Variété II, 1929, p. 182).
3. P. ext., qqf. péj. [En parlant d'une pers., de son comportement, ou d'une chose] Qui donne plus d'importance à l'apparence qu'à l'essentiel, au fond, à la réalité. Honnêteté, hypocrisie, politesse formelles. Les revendications plaintives d'une morale pharisaïque, purement formelle et géométrique, qui nierait la nature et la vie (MARITAIN, Primauté spirit., 1927, p. 229). V. forme I C 3 b :
5. Quelles que soient les relations qui s'établissent par la suite entre sa troupe et lui, le plus modeste lieutenant jouit au départ du respect tout formel et tout impersonnel qui s'attache à son rang.
AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p. 274.
De pure forme; pour la forme. Des considérations toutes formelles; émettre une protestation purement formelle. Certains fidèles plus préoccupés d'une observance [religieuse] formelle que soucieux d'une compréhension intérieure (ROMAINS, Copains, 1913, p. 224).
♦ [Dans le vocab. marxiste] Libertés formelles. Libertés dites démocratiques (dont l'exercice « réel » est réservé à la classe dominante).
C.— PHILOS. (Chez Aristote et ses héritiers). Qui est en acte, constitué, situé dans une espèce déterminée. [Chez Aristote, les indivisibles] en « puissance » aussi bien qu'« en acte », parce que ce sont des indivisibles par la forme, des réalités formelles irréductibles (L. ROBIN, Aristote, Paris, P.U.F., 1944, p. 45).
Causalité, cause formelle. Ce qui fait qu'une chose est ce qu'elle est. Synon. essence. Il y aurait de la puérilité à dire, avec la généralité des scolastiques, que le bloc de marbre dans lequel une statue a été taillée est la cause matérielle de la statue; et l'on ne voit pas bien nettement en quel sens il faudrait dire avec eux que l'idée conçue dans la pensée de l'artiste est la cause formelle plutôt que la cause efficiente ou la cause finale de l'œuvre (COURNOT, Fond. connaiss., 1851, p. 31).
Rem. Qq. dict. enregistrent en théol. a) Élément formel et emploi subst. masc. le formel du péché « non conformité à la loi p. oppos. à matériel qui est l'acte lui-même ». b) Péché formel « déterminé à être tel par le plein consentement par opposition à une faute purement matérielle » (MARCEL 1938).
Prononc. et Orth. :[]. Enq. : //. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1270 terme de philos. la cause furmele (P. DE PECKAM, Lumiere as Lais, ms. Cambridge, S. John's College F 30, f° 4b ds GDF. Compl.); 2. 1560 [éd. 1665] « précis, exact » (E. PASQUIER, Les Recherches de la France, 704 ds IGLF : en termes du tout formels au mesme grand coustumier de Normandie); 3. 1579 « effectif » garand formel (LARIVEY, Epistre, V, 4). Empr. au lat. formalis « qui a la forme de », le sens philos. est issu du lat. scolastique. Fréq. abs. littér. : 1 086. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 931, b) 1 032; XXe s. : a) 1 448, b) 2 399.

formel, elle [fɔʀmɛl] adj.
ÉTYM. 1560, au sens I.; philos. (sens II.), v. 1270, du lat. scolastique; lat. formalis « qui a telle forme », de forma. → Forme.
———
I (Choses et personnes).
1 Qui est énoncé de manière déterminée; dont la forme (I., B.) est déterminée. || Affirmation, déclaration formelle, dont la précision et la netteté excluent toute méprise, toute équivoque. Clair, explicite, précis, positif. || Démenti formel, dénégation formelle. || Ordre formel. || Exigence, injonction formelle. || Assentiment, consentement (cit. 2), désaveu, refus formel. Catégorique. || Affirmer d'une manière formelle. Assuré, certain, sûr. || Intention formelle. Prononcé (→ Épouser, cit. 4). || Preuve formelle. Incontestable, indéniable, indiscutable, indubitable, irréfutable (→ Détenir, cit. 4). || Texte formel, dont le sens est évident. || Le texte de la loi, de ce traité est formel. || En termes formels, dans les termes les plus formels.
1 Notre écrit y est formel.
Patru, Plaidoyers, 6, cité par Richelet.
2 (…) cette erreur abominable d'ôter à la créature toute liberté, et de faire Dieu en termes formels auteur de tous les péchés, comment la pardonnez-vous à Luther ?
Bossuet, 6e Avertissement, III, XXXVI.
3 La réponse de Berne à l'une et à l'autre fut un ordre conçu dans les termes les plus formels et les plus durs de sortir de l'île et de tout le territoire médiat et immédiat de la République, dans l'espace de vingt-quatre (heures) et de n'y rentrer jamais, sous les plus grièves peines.
Rousseau, les Confessions, XII.
4 Il était venu avec le projet formel de tout dire, dans l'espoir de rendre le mariage nécessaire.
Zola, la Terre, III, VI.
2 (En parlant de la source du discours, personne, etc.). Qui énonce quelque chose de manière déterminée, formelle. || Il a été formel. Clair, explicite, précis. || Il est toujours formel en matière de théorie. Absolu, dogmatique, entier. || La loi, la jurisprudence est formelle.Formel sur (qqch.), à propos de (qqch.). || Le témoin a été formel sur ce qu'il a vu.
———
II (Choses). Qui concerne la forme, est relatif à la forme (I., B.; II. et IV.). Didact. (Correspond à forme, I., B.). || Aspect, caractère formel (opposé à matériel, de fond, de contenu). || Distinction formelle. || Relation formelle et relation substantielle (→ ci-dessous, II., 3.).
1 Spécialt. Qui repose sur la forme, les formes, donne plus d'importance à la forme (qu'au fond, qu'au contenu).(Expression). || Classement, plan formel. || L'aspect formel du langage : morphologie, syntaxe (opposé à sémantique).Didact. (Forme, I., B., 7.). || Analyse formelle d'une langue. || Grammaire formelle, qui tente de ne pas tenir compte de la signification, qui correspond à un modèle.Caractère formel de la langue, selon le structuralisme. Structurel.
Cour. Qui considère la forme, l'apparence, plus que la matière, le contenu. || Enseignement formel, éducation toute formelle, purement formelle.
5 (…) cerveaux enfantins pétris de façon saugrenue par l'enseignement le plus compliqué, le plus vide, le plus purement « formel » qui fût jamais (…)
Jules Lemaître, Impressions de théâtre, Villon.
(Forme, I., B., 5. et 6.). || Les qualités formelles d'un texte. || Beauté formelle d'un poème, d'une composition musicale. || La perfection formelle de l'« Art de la fugue » de Bach.Les qualités, les défauts formels d'un tableau. || Harmonies formelles.(En parlant du créateur). || « Mallarmé, génie essentiellement formel » (Valéry, in T. L. F.).
6 Leurs œuvres sont de magnifiques architectures de sons, aux lignes et aux rythmes touffus, d'une abondante beauté, d'abord plus formelle qu'expressive.
R. Rolland, les Musiciens d'autrefois, p. 12.
2 (Correspond à forme, II.). a Qui privilégie les formes (II., 1. et 3.). || Politesse formelle, très formelle. Formaliste.Péj. || Une attitude respectueuse purement formelle et hypocrite.
b Qui est fait ou énoncé pour la forme. Principe (de principe). || Une démarche, une déclaration formelle. || Engagement, accord formel.Péj. De pure forme, sans effet. || Une protestation purement formelle. Platonique. || L'observation formelle des prescriptions religieuses.
c (Forme, II., 4.). Dr. Relatif à la forme. || Caractère formel d'un acte, d'un jugement. || Classification formelle des actes juridiques (opposé à matériel). || Le point de vue matériel et le point de vue formel en droit. || Critère formel de la loi.
Qui est fait dans les formes. || Acte juridique formel, dont un document atteste l'existence. Authentique. || Acte formel et solennel. || Clause formelle. 1. Exprès.
Sociol. || Égalité formelle (→ Égalisation, cit.). : égalité juridique et politique (par oppos. à égalité matérielle, qui se rapporte aux moyens d'existence).
6.1 La doctrine qui repousse totalement l'égalité matérielle et qui prend pour règle de ne réaliser que l'égalité formelle est le libéralisme pur.
F. Rauch, in Lalande, Voc. de la philosophie, Sur l'égalité.
(Marxisme). || Libertés formelles : libertés garanties par la loi, en démocratie (opposé à libertés réelles, procurées par le pouvoir économique).
3 Didact. (Correspond à forme, IV.). a Philos. Qui concerne la forme (IV., 1.).(Chez les scolastiques et Descartes). Qui possède une existence actuelle, effective. || « Chez Descartes, la réalité “formelle” d'une idée est celle qu'elle a dans la chose elle-même, indépendamment de la représentation que nous en avons » (Cuvillier, Petit voc. de la langue philosophique, p. 52). || Cause formelle.REM. Dans cette acception, formel s'oppose à objectif et à virtuel.
7 (…) la couleur, la dureté, la figure, etc., n'appartiennent point à la raison formelle de la cire, c'est-à-dire qu'on peut concevoir tout ce qui se trouve nécessairement dans la cire sans avoir besoin pour cela de penser à elles (…)
Descartes, Réponses aux 3e objections, II.
Causalité, cause formelle : ce qui constitue l'essence (opposé à cause efficiente, finale…).
b Log. (Correspond à forme, IV., 2.). Relatif aux formes de la pensée déductive. || La logique formelle classique étudie la forme des opérations de l'entendement sans considérer la matière sur laquelle elles s'effectuent. || Raisonnement formel (syn. : en forme). Syllogisme; syllogistique. || Caractère formel de la logique moderne ( Logistique). || Rendre formel, plus formel. Formaliser.
8 Encore qu'ils (les passionnés) ne fassent pas dans leur esprit ce raisonnement formel : je l'aime; donc c'est le plus habile homme du monde; je le hais; donc c'est un homme de néant, ils le font en quelque sorte dans leur cœur (…)
A. Arnauld et P. Nicole, Logique de Port-Royal (1673), III, XX, II, éd. 1879, p. 270.
Opérations formelles, indépendantes du contenu concret (fondement, chez Piaget) des opérations propositionnelles.Pensée formelle, caractérisée par la possibilité de ces opérations.
c Philos. (chez Kant et les kantiens). Des formes a priori (de la sensibilité, de l'entendement).
Morale formelle (de Kant), où la valeur de l'acte vient non de l'acte lui-même mais de la loi morale qui l'inspire.
d (Correspond à forme, IV., 3.). Sc. Qui concerne la forme (« Gestalt »), la structure. Structurel.
e (Correspond à la fois à forme, II., 4., et à forme IV., aux éléments fonctionnels envisagés indépendamment de leurs contenus et aux structures). || Éléments formels d'un système. || Étude formelle. || Une relation formelle reste vraie (ou fausse) quels que soient les éléments qu'elle met en relation.
9 (…) en mathématiques, la relation (a + b)2  =  a2 + b2 + 2ab est formelle en tant qu'elle reste vraie pour tous les nombres réels.
A. Lalande, Voc. de la philosophie, Forme, B.
CONTR. (Du 1.) Ambigu, conditionnel, douteux, équivoque, implicite, obscur, tacite.
DÉR. Formellement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Formel — Formel …   Deutsch Wörterbuch

  • Formel 1 — Saison 2011 …   Deutsch Wikipedia

  • Formel V — ist eine Markenformel, deren Blütezeit in den 60er und 70er Jahren des 20. Jahrhunderts lag. Wesentliche Bauteile (Motor, Getriebe, Radaufhängung) mussten vom damals gebauten VW Käfer stammen. Es war eigentlich die erste Marken und… …   Deutsch Wikipedia

  • formel — formel, elle (for mèl, mè l ) adj. 1°   Qui est en forme, et qui par conséquent est exprès, nettement déterminé. Le texte est formel. Un démenti formel. La loi est formelle. •   Il n y a que dans les jugements que se puisse rencontrer la vraie et …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Formel E — Plakette Die von Volkswagen ab den frühen 1980er Jahren angebotenen Formel E Modelle sollten durch verschiedene Maßnahmen weniger Kraftstoff verbrauchen. Das Formel E Paket wurde sowohl für Fahrzeuge mit Vergaser als auch Dieselmotoren angeboten …   Deutsch Wikipedia

  • Formel — Sf std. (16. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus l. fōrmula Gestalt, Form, Gesetz, Bestimmung, feste Wendung, Formular , zunächst als juristischer Terminus. Das Wort ist ein Diminutivum zu l. fōrma Gestalt, Form, Figur, Umriß . Das zugehörige Verbum… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Formel — (v. lat.), 1) vorgeschriebene od. allgemein gebräuchliche Worte für einen bestimmten Fall, also ein praktischer Satz, der für alle Fälle, in denen etwas geleistet werden soll, zureicht; so: Gebet , Rechtsformel (s. Formula), so v.w. Recept. Ein… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Formel D — ist ein international tätiger Dienstleister der Automobil und Zuliefererindustrie mit Hauptsitz in Troisdorf. Weltweit sind etwa 2.000 Mitarbeiter an 55 Standorten tätig. So beschäftigt Formel D Mitarbeiter aus 45 Nationalitäten, die 38 Sprachen… …   Deutsch Wikipedia

  • formel — Formel, [form]elle. adject. Exprés, Précis. Paroles formelles. termes formels. le texte formel de la loy. c est une des clauses formelles de l edit, de l arrest, du contract. desaveu formel. On dit en termes de Philosophie, Cause formelle, par… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Formel — (lat. formula), für besondere Fälle entweder ausdrücklich vorgeschriebene oder durch den Gebrauch eingeführte Worte, Redensarten oder Wendungen, z. B. Gebets , Rechtsformeln. In der Mathematik versteht man unter F. die Darstellung von Größen und… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.